Une étude récente tente d’en analyser les possibles conséquences. Le vendredi 28 juillet, l'autorité de régulation sanitaire américaine a annoncé un nouveau plan détaillé de réglementation du tabac et de la nicotine, qui prévoit notamment une réduction de la quantité de nicotine dans les cigarettes afin de réduire au minimum la dépendance. Les cigarettes à très faible teneur en nicotine contiendraient de la nicotine à des niveaux qui ne produisent pas d'effets physiologiques; cependant elles libèreraient la même quantité de produits chimiques nocifs sans les avantages perçus par le fumeur. Une étude américaine publiée récemment dans JAMA Psychiatry, a examiné la corrélation entre la quantité de nicotine présente dans les cigarettes et leur pouvoir de dépendance chez les groupes vulnérables, où le tabagisme est le plus répandu.

Nicotine, tabac, dépendance, cigarette électronique, ELiquide

Dans cette étude à double tranchants, les chercheurs ont évalué des fumeurs adultes qui sont soit désavantagés sur le plan socioéconomique, soit atteints de troubles affectifs ou dépendants d'opioïdes. Les participants ont reçu des cigarettes dont le taux de nicotine était inférieur au seuil de dépendance présumé, puis on a comparé leur taux d'envie de fumer à ceux observés avec des cigarettes ordinaires. Les résultats de cette étude indiquent que la réduction du taux de nicotine dans les cigarettes entraîne une diminution du niveau de dépendance. Cela suggère que la réduction de la teneur en nicotine des cigarettes pourrait être efficace, du moins chez les groupes vulnérables. "La réduction de la teneur en nicotine change fondamentalement les cigarettes en bâtonnets cancérigènes."Carrie Wade, gestionnaire des politiques de réduction des méfaits au R Street Institute Dans le même ordre d'idées, un article publié la semaine dernière sur The Hill, la directrice de la politique de réduction des méfaits pour le R Street Institute, le docteur Carrie Wade, a déclaré que les données suggèrent que les fumeurs à qui l'on donne des cigarettes à très faible teneur en nicotine fument moins et déclarent avoir moins d’envies de fumer. Cependant, a-t-elle ajouté, "il n' y a pas assez de données disponibles sur leurs effets pour ceux qui n'ont pas l'intention d’arrêter de fumer. Par conséquent, les produits peuvent être efficaces comme outils de désaccoutumance au tabac et peuvent empêcher les adolescents qui font l'expérience de la cigarette de devenir dépendants du tabac. Cependant, ils peuvent avoir des effets nocifs sur les fumeurs âgés qui n'ont pas l'intention d'arrêter de fumer. La réduction de la teneur en nicotine transforme fondamentalement les cigarettes en "bâtonnets cancérigènes", a déclaré M. Wade. "Avant que les membres des communautés de la lutte contre le tabagisme et de la réduction des méfaits du tabac ne prônent un changement aussi radical dans le paysage du tabac, il est impératif que nous examinions d'abord l'éthique des cigarettes à très faible teneur en nicotine." Carrie Wade, gestionnaire des politiques de réduction des méfaits, R Street Institute Bref, le débat sur l’espace public est ouvert, à chacun d’en tirer les bonnes leçons.