Une nouvelle étude sur l’utilisation de la cigarette électronique chez les adolescents.

Une étude canadienne met une fois de plus en lumière la fameuse « théorie de la porte d’entrée » en suggérant que l’utilisation de l’ e-cig chez les adolescents double leurs chances de commencer à fumer. Mais les chercheurs examinent-ils les données compilées de façon holistique?

L’étude intitulée « Susceptibilité des jeunes et adolescents de commencer à vapoter au Canada », a été réalisée par des chercheurs de l’Université de Waterloo et de la Wake Forest School of Medicine et publiée dans Preventive Medicine.

Les chercheurs ont extrait des données de l’Enquête sur le tabac, l’alcool et les drogues chez les étudiants canadiens et ont conclu que les élèves qui avaient essayé de vapoter étaient deux fois plus susceptibles de commencer à fumer.

Est-il possible que les adolescents qui voudraient essayer la cigarette électronique soient plus susceptibles d’essayer leurs homologues combustibles parce qu’ils ont tendance à vivre de nouvelles expériences ou bien parce qu’ils sont dépendants à la nicotine ? « Les élèves de la 10e à la 12e année (12,5 %) affichaient des taux d’utilisation de la cigarette en ligne plus élevés que ceux de la 7e à la 9e année (7,3 %). Les élèves qui avaient déjà essayé une e-cigarette étaient plus susceptibles d’être exposés au tabagisme que ceux qui n’avaient jamais essayé une e-cigarette », explique le résumé de l’étude.

Depuis l’arrivée sur le marché des cigarettes électronique, il y a eu un débat sur la question de savoir si leur utilisation peut mener à la consommation de cigarettes, a déclaré le co-auteur Bruce Baskerville. Le co-auteur conclut qu’il faut poursuivre les recherches sur la question.

Cigarette électronique, Vaporisateur personnel, étude sur la cigarette électronique

Mais les chercheurs ont-ils examiné les données sous tous les angles… Ont-ils fait une distinction entre le tabagisme régulier et le tabagisme expérimental? Est-il possible que les adolescents qui voudraient essayer la cigarette électronique soient plus susceptibles d’essayer leurs homologues combustibles parce qu’ils ont tendance à vivre de nouvelles expériences ou plutôt s’agit-il de la dépendance à la nicotine ?

 

La tendance à l’expérimentation est-elle exclue de l’équation?

Une étude publiée au Royaume-Uni le mois dernier a fait exactement cela. Le rapport intitulé « L’utilisation de la cigarette électronique par les jeunes entre 2015-2017 », a été publié plus tôt ce mois-ci dans The International Journal of Environmental Research and Public Health.

Il s’agit de données recueillies entre 2015 et 2017 à partir de cinq enquêtes à grande échelle et, conformément à ce que des études antérieures ont déjà montré, il indique qu’en dépit du fait que les jeunes adultes expérimentent la cigarette électronique, ce comportement n’évolue pas toujours vers une consommation régulière. En fait, l’utilisation régulière de la cigarette électronique chez les jeunes adultes qui n’ont jamais fumé, reste significativement faible.

« Des études récentes ont publié des données alarmantes selon lesquelles la cigarette électronique mène au tabagisme. Notre analyse des derniers sondages de toutes les régions du Royaume-Uni, impliquant des milliers d’adolescents, montre clairement que pour les adolescents qui ne fument pas, l’expérimentation de la vapote ne se traduit tout simplement pas par une utilisation régulière. », explique Linda Bauld, professeure de politique de santé à l’Institute for Social Marketing, Université de Stirling.

 

Partager

Laisser un commentaire