Nouvelle étude : Les fumeurs se tournent vers les cigarettes électroniques pour tenter d’arrêter de fumer

Selon cette nouvelle étude, les fumeurs de cigarettes électroniques sont très susceptibles d’utiliser ce produit de substitution à la nicotine dans le cadre de leurs efforts pour arrêter de fumer.

Dans l’étude de l’état du Tennessee, les fumeurs actuels étaient sept fois plus susceptibles que les non-fumeurs d’utiliser une cigarette électronique. De plus, les fumeurs de tabac qui vapotent de temps à autre étaient au moins 3,5 fois plus susceptibles que les non-vapoteurs d’arrêter de fumer pendant une journée ou plus au cours des 12 derniers mois.

« Il y a des preuves ici que les fumeurs du Tennessee utilisent la cigarette électronique comme une aide pour arrêter de fumer », a déclaré l’enquêteur Ransom Wyse, MPH, épidémiologiste au ministère de la Santé du Tennessee à Nashville.

« C’est la première fois que nous voyons cela », a-t-il déclaré à l’assemblée annuelle de l’American Public Health Association (APHA) en 2017.

Tennessee Etats Unis, études sur le tabac, étude sur la cigarette électronique

« Les cigarettes électroniques ont été commercialisées comme une alternative moins nocive que les cigarettes, ainsi qu’une aide utile pour arrêter de fumer parce que le niveau de nicotine peut être ajusté, mais le Ministère de la santé des États-Unis n’ a pas approuvé le produit à cette fin », a-t-il souligné.

La recherche de Wyse visait à déterminer combien de fumeurs  pourraient utiliser les cigarettes électroniques pour arrêter de fumer.

L’enquête ne demandait pas spécifiquement si les fumeurs utilisaient la cigarette électronique comme moyen d’arrêter de fumer, mais la plupart des informations comportementales recueillies donnent foi à l’idée qu’ils ont arrêter de fumer, nous explique Wyse.

Les données du Tennessee Behavioral Risk Factor Surveillance System de 2016 comprenaient 6167 répondants, dont 1178 (22,1 %) étaient des fumeurs.

Tennessee Etats Unis, études sur le tabac, étude sur la cigarette électronique

Seuls les adultes qui se sont déclarés fumeurs ont été invités à indiquer s’ils avaient essayé d’arrêter de fumer au cours des 12 mois précédents.

Plus de 16 % des fumeurs de l’étude ont déclaré qu’ils vapotaient également des cigarettes électroniques, et 60 % de tous les fumeurs ont déclaré avoir tenté d’arrêter de fumer au cours des 12 derniers mois. Chez les utilisateurs de cigarettes électroniques, toutefois, le taux d’abandon du tabac a atteint les 83% de réussite.

« Cette recherche est la première étude sur la cigarettes électroniques à l’échelle de l’État du Tennessee », a déclaré Wyse.

Wyse s’est abstenu d’affirmer que les nouvelles données pourraient être généralisables à d’autres États ou aux États-Unis dans leur ensemble. Mais « dans le passé, le Tennessee a comparé un échantillon pondéré de nos répondants aux statistiques nationales et nous avons constaté qu’il s’agissait d’un résultat similaire », a-t-il dit.

Il a ajouté qu’il espère qu’un « message de santé publique fort » puisse être élaboré afin d’orienter les fumeurs à la consommation de cigarettes électroniques.

Invité à commenter l’étude, Tom Eckstein, MBA, de la firme d’épidémiologie Arundel Metrics de St Paul, au Minnesota, a déclaré que la collecte de données sur l’utilisation de la cigarette électronique est une première étape importante dans le changement des attitudes et des comportements liés au tabagisme.

« Nous ne pouvons pas changer ce que nous ne mesurons pas », a dit Eckstein à Medscape Medical News. « Les données montrent, à mon avis, que nous commençons à découvrir les effets de l’utilisation de la cigarette électronique sur la dépendance à la nicotine, en particulier dans le Tennessee, et comment elle contribue à faire sortir les gens de cette dépendance. »

Tennessee Etats Unis, études sur le tabac, étude sur la cigarette électronique

Shirley Cramer, MSc, de la Royal Society for Public Health à Londres, au Royaume-Uni, a déclaré « que les fumeurs en Angleterre sont déjà activement encouragés à passer à la cigarette électronique. Les recherches menées dans ce pays laissent entendre que les cigarettes électroniques sont 98% moins nocives que le tabac, » bien qu’elles aient des effets nocifs « , a-t-elle ajouté.

« Une grande partie des preuves que nous avons est un peu en contradiction avec l’expérience américaine », a déclaré Cramer à Medscape Medical News. « Pour nous, il est très clair que les cigarettes électroniques sont un outil très utile si vous essayez d’arrêter de fumer. » 

Partager

Laisser un commentaire